Les pellicules – une véritable gêne pour la beauté et la bonne santé des cheveux

présentation pellicules cheveux femme

Faisant partie des causes de chute de cheveux, les pellicules affectent 64 % de la population mondiale et beaucoup plus les hommes (soit 58 % de cette population). Les causes exactes de cette affection ne sont pas déterminées, mais il existe plusieurs facteurs de risque qui provoquent soit des causes internes. On peut prévenir les pellicules en évitant des traitements agressifs trop fréquemment sur les cheveux et en ayant une alimentation équilibrée. Et leur traitement est relativement simple, selon la sévérité de la propagation.

Des irritations régulières, des démangeaisons de cheveux en n’en plus finir ! Votre cuir chevelu souffre et vous le fait savoir en recouvrant vos épaules d’une sorte de grosse poussière blanche pendant toute la journée. Peu élégantes, plutôt gênantes même, ces petites particules blanches que sont les pellicules vous gâchent la vie et il s’avère parfois difficile de s’en débarrasser.

Mais rassurez-vous, vous êtes loin d’être une exception : de nombreux hommes et femmes sont sujets à ce désagrément. Les pellicules : de quoi s’agit-il en fait ? Nous nous sommes penchés sur la question et vous proposons cet article.

Une pellicule est une cellule dermique sur le cuir chevelu. Elle apparaît suite au processus de desquamation. La desquamation est un détachement des fines lamelles de peau. Normalement, à l’image de la peau, le cuir chevelu se renouvelle environ tous les 20 jours. Quand le processus stoppe il ne dure que 5 à 7 jours. Les cellules se trouvent dans ce cas insuffisamment mûres pour s’éliminer normalement.

Tout part donc d’un phénomène naturel qui connaît des dysfonctionnements chez certains individus.

action précise des pellicules sur les cheveux

En effet, on parle de pellicules quand la desquamation des cellules mortes du cuir chevelu est accélérée. Et c’est un champignon microscopique (pourtant généralement inactif), le pityriasis, qui est identifié comme responsable de cette accélération anormale du cycle épidermique. Chez les personnes concernées par les pellicules, le cycle de renouvellement des cellules n’est plus de 4 à 6 semaines mais seulement de 1 à 2.

Les nouvelles cellules dermiques se forment ainsi en un temps plus court que prévu, et les cellules mortes ne peuvent plus être éliminées normalement. Trop peu desséchées et sous l’effet du sébum, elles s’accolent aux nouvelles cellules. Ce qui crée un « embouteillage capillaire » et donne des squames plus nombreuses et plus grandes que des cellules classiques. 

L’excès de sébum est favorable au développement du pityriasis, dont la prolifération anormale déstabilise l’équilibre naturel du cuir chevelu et crée des démangeaisons et irritations. Ces dernières se soldent par un dérèglement et une accélération du renouvellement cellulaire. Cela fait donc accumuler les cellules mortes à la surface du cuir chevelu.

Cette accumulation entraîne la formation de plaques blanchâtres – des squames anormalement grandes qu’on appelle les pellicules.

C’est une affection dermique très fréquente (une personne sur deux s’en plaint). Elle peut apparaître à n’importe quel moment. Sont néanmoins plus exposés à l’avoir : les hommes (58 % d’hommes pour 42 % de femmes), les personnes de plus de 30 ans étant donné que les enfants et personnes âgées ont rarement les pellicules.

Quelles sont les causes des pellicules ?

L’on sait déjà qu’il s’agit d’un mécanisme qui est responsable de l’apparition des pellicules, mais l’origine de ce dérèglement reste jusqu’aujourd’hui en partie mystérieuse. Techniquement donc, les dermatologues préfèrent parler même de facteurs de risque que parler de causes des pellicules.

Au niveau interne

Les causes internes peuvent survenir en cas de perturbation d’un état général de santé, à savoir : un déséquilibre hormonal, l’approche des règles chez certaines femmes.  Une sudation excessive, le surmenage et le stress, certaines affections de la peau comme la dermite séborrhéique et le psoriasis. L’anxiété, la fatigue régulière, un genre de levure appelé Malassezia, la fièvre, d’éventuels problèmes héréditaires ou une mauvaise alimentation.

Au niveau externe

Il peut s’agir déjà d’une peau naturellement trop sèche du patient. À cela s’ajoutent le climat et les changements de saison tels que le froid, les temps humides qui accentuent un état pelliculaire ainsi qu’une alternance du froid extérieur et du chauffage central à l’intérieur. La pollution atmosphérique, la piscine, la fumée de cigarette et une forte consommation d’alcool sont également de très bons moyens d’empirer et accélérer les pellicules.

On peut ajouter à la liste : les casques de moto, bonnets ou chapeaux portés très fréquemment qui empêchent les cheveux de respirer. L’agression des cheveux par des produits chimiques comme le chlore de la piscine, les colorants chimiques des cheveux

Mais aussi des traitements capillaires agressifs comme les brushings ou lissages répétés, les colorations, les permanentes, les abus de gels ou de laques. Et même des shampoings trop décapants ou composés de produits siliconés, brossage trop énergique, séchoir trop chaud qui excite le cuir chevelu et la production de sébum.

Et enfin, une brosse qui n’a jamais été nettoyée peut aussi en être la cause (imaginez tout ce qui prolifère dans cet amas de cheveux et de sébum, pollution…) ou tout simplement, un shampooing mal adapté (trop agressif) qui sensibilise le cuir chevelu et l’oblige à renouveler trop rapidement les cellules. Vous pouvez également lire cet article de passeport santé pour en savoir plus sur les origines des pellicules.

Quels en sont les symptômes et risques de complication ?

Les symptômes les plus apparents, les plus évidents et les plus connus sont justement l’apparition de ces squames qui tombent généralement comme de la neige sur les épaules et les démangeaisons. La peau du patient peut également être affectée. Dans ce cas, on notera l’apparition d’autres signes tels que des plaques rouges sur le cuir chevelu, parfois même sur le visage. 

Certes dérangeantes, surtout au niveau esthétique, les pellicules généralement ne sont pas graves. De plus, elles ne sont pas non plus contagieuses.

Mais, si elles sont causées par une dermatite séborrhéique et ne sont pas traitées, il pourrait arriver que les croûtes recouvrent le crâne au complet, jusqu’à la base de cheveux. Dans certains cas extrêmes, elles se propagent même jusqu’au cou et aux oreilles, et occasionnent des démangeaisons insupportables et entraînent chez le patient une chute précoce des cheveux.

Comment s’établit le diagnostic ?

Le diagnostic des pellicules est très facile à effectuer. L’on peut aisément se rendre compte soi-même de leur existence. Toutefois, lorsque celles-ci semblent s’aggraver, elles sont très grasses ou causent plus de démangeaisons, il devient nécessaire de consulter un médecin dermatologue qui pourra, en fonction d’un examen adéquat déterminer s’il s’agit de psoriasis, de dermatite séborrhéique ou de toute autre maladie.

Quelles sont les catégories de pellicules ?

Pour pouvoir bien traiter les pellicules, il faut pouvoir les identifier clairement. Toutes les pellicules ne sont pas les mêmes et ne signifient dons pas la même chose. Classiquement, il faut distinguer 3 catégories de pellicules : les pellicules grasses, les pellicules sèches et celles liées aux maladies de la peau

Les pellicules grasses

Un peu rares, les pellicules grasses sont jaunes ou blanches et collantes (formées par un mélange d’excès de sébum, de produits cosmétiques et de cellules mortes.). Elles étouffent le cuir chevelu en adhérant sur lui, et provoquent des démangeaisons importantes. Dans ce cas, les pellicules sont assez grosses et nécessitent un traitement, car le cuir chevelu va réagir violemment à cet étouffement.

Les démangeaisons qui accompagnent les pellicules grasses viennent du fait qu’elles favorisent la prolifération du pityriasis, tout comme d’autres microorganismes divers et variés

Les pellicules sèches

Les pellicules sèches sont blanches et plus petites : ce sont celles qui tombent sur les vêtements en pluie, puisqu’elles n’adhèrent pas au cuir chevelu. Elles sont plus répandues que les grasses.

Elles sont visibles et se présentent comme des morceaux de la couche extérieure du cuir chevelu. Elles sont souvent plates et tombent facilement sur les épaules et les vêtements.

La plupart du temps, les pellicules sèches ne grattent pas, mais dans les cas extrêmes, cela peut arriver. Si c’est votre cas, attention aux mauvais réflexes !

Il faut donc éviter de gratter ou essayer de décoller vos pellicules avec une brosse, un peigne ou tout autre objet. Cela ne fait qu’irriter votre cuir chevelu qui, en réponse, accélère son processus de renouvellement des cellules. Résultat : la sensation de démangeaison augmente.

Enfin les pellicules liées aux maladies de la peau

Les pellicules liées aux maladies de la peau sont plus rares encore. Il s’agit de celles liées au psoriasis, aux mycoses du cuir chevelu, etc. En cas de doute, il faut toujours en parler avec un dermatologue avant tout traitement afin d’avoir un avis médical

Peut-on prévenir les pellicules ?

Pour prévenir les pellicules ou éviter une récidive de celles-ci il existe plusieurs astuces :

Il faut éviter des traitements agressifs trop fréquemment sur les cheveux (coloration, défrisage, etc.). Terminez toujours le lavage des cheveux par un jet d’eau froide. Rassurez-vous d’avoir une alimentation équilibrée (notamment pas trop acide ni trop riche) ; limitez l’usage des produits chimiques (gels coiffants, laques, etc.) ; ayez toujours des gestes doux lorsqu’on lave les cheveux.

Comment traiter les pellicules ?

En fonction de la typologie en cause, et en faisant attention à votre cuir chevelu, il existe des méthodes pour lutter contre les pellicules.

Lorsqu’il s’agit des pellicules grasses

Comme déjà souligné, lorsque le sébum n’est pas bien éliminé et sèche, il forme des pellicules grasses. Cet excédent de sébum peut donc être diminué par des soins assainissant comme l’huile essentielle d’Ortie par exemple, par la prise de gélules de Bardane et de Pensée sauvage notamment.

Lorsqu’il s’agit de pellicules sèches

Notons déjà que la desquamation se produit lorsque le cuir chevelu manque d’hydratation. Pour calmer les démangeaisons et apporter une sensation de fraîcheur, il est vivement conseillé d’utiliser des huiles végétales : huile de jojoba, huile de coco, d’olive, de ricin, etc. Elles vont venir apaiser le cuir chevelu (on les applique directement sur la peau sous les cheveux.

Certaines huiles essentielles peuvent aussi être mélangées aux huiles végétales (à éviter concernant les enfants et les femmes enceintes).

Les vertus des huiles essentielles de genévrier, bergamote, pamplemousse, eucalyptus, romarin, citron, menthe poivrée, arbre à thé… sont intéressantes pour lutter contre la formation de pellicules. Toutefois, l’action des huiles essentielles étant puissante, il faut les utiliser avec précaution et parcimonie.

En hiver, le froid agresse la peau et favorise l’apparition de pellicules sèches. Il n’y a pas à s’inquiéter, pensez juste à bien hydrater votre cuir chevelu pendant cette période de l’année ! Il est également important de boire régulièrement de l’eau (on ne le dira jamais assez !). Et même si ça démange, on se garde bien de se gratter la tête pour éviter d’aggraver la situation. Vous pourrez également faire recours aux 5 remèdes maison pour éliminer les pellicules.

médicaments efficaces contre pellicules

D’autres astuces

Au-delà, dans l’un ou l’autre cas de pellicules, évitez de consommer des aliments qui acidifient la peau (notamment : les laitages, la viande rouge, les pâtisseries, le café, les sucreries, etc.). Il ne s’agit pas de les supprimer totalement de votre alimentation, mais de les consommer avec modération.

Tout est une question d’équilibre et de dosage ! Privilégiez une alimentation riche en antioxydants (vitamine A, B ⁶, BE), qui apporte au cuir chevelu des nutriments essentiels à sa santé, et au maintien de son équilibre.

Pour laver vos cheveux, privilégiez un shampoing doux. Et lors de votre shampoing, évitez de frotter trop vigoureusement votre cuir chevelu : cela peut stimuler la sécrétion de sébum. Il est recommandé d’appliquer votre shampoing en massant délicatement, pour un nettoyage tout en douceur.

Lors du rinçage de vos cheveux, optez pour de l’eau tiède (voire froide), afin de permettre aux pores et aux écailles de vos cheveux de se resserrer, et d’éviter de stimuler les glandes sébacées.

Évitez de sécher vos cheveux à l’air trop chaud de ces sèche-cheveux parfois très agressifs. S’il est possible, faites-les sécher à l’air libre. Une opération moins évidente en hiver cependant. Dans ce cas, faites un pré-séchage afin d’accélérer le séchage de vos cheveux. Faites également attention aux produits qui contiennent trop d’ingrédients chimiques, susceptibles de fragiliser votre cuir chevelu.

Pensez à ces petites astuces de grand-mère pour traiter les pellicules qui ne vous coûtent rien d’essayer :

Le vinaigre de cidre de pomme : idéal à l’eau de rinçage, c’est un excellent antibactérien, qui calme les sensations de démangeaisons. Il sert aussi pour bien masser le cuir chevelu avant le shampoing habituel, puis on laisse reposer 10 minutes avant de laver les cheveux.

Le mélange ail-huile d’olive. On fait une sorte de pâte avec 2 gousses d’ail écrasées dans un mortier et ¼ de tasse d’huile d’olive. On applique sur le cuir chevelu et on laisse reposer environ 1 heure avant de très bien laver pour enlever tous les résidus de gras et les odeurs (2 ou 3 shampoings).

En définitive

Les pellicules apparaissent suite à une desquamation accélérée des cellules mortes du cuir chevelu. Sa cause n’est pas parfaitement déterminée, mais il existe plusieurs facteurs qui accélèrent ou provoquent la création des pellicules.

Ce que l’on sait, c’est que la pellicule se présente sous forme de poussière blanchâtre qui se dépose sur les épaules lorsqu’on gratte la tête.

Il existe plusieurs remèdes naturels et non naturels de traitement des pellicules mais dans un cas grave, il vaut mieux se référer à un médecin afin qu’il fasse le diagnostic. Il pourra prescrire le traitement adéquat selon qu’il s’agisse de pellicules ou d’affections dermiques telles que psoriasis, de dermatite séborrhéique ou de toute autre maladie.