La pelade – les méthodes de traitement les plus courants

La pelade frappe un homme par endroits sur ses cheveux

La pelade trouve généralement sa cause dans de nombreux éléments : le stress, l’hérédité, les infections virales, une exposition à des substances chimiques, etc. Malgré son effet dévastateur, il existe des méthodes de traitement qui sauront vous redonner le sourire. Des traitements aussi bien cliniques que naturels.

Il est toujours angoissant de perdre des cheveux surtout lorsque la perte est de plus en plus importante. L’état de nos cheveux traduit de manière générale l’état de notre santé.

En termes de maladie ou problème capillaire, l’alopécie et la chute des cheveux restent les plus connues. Malheureusement il en existe d’autres qui affectent autant les hommes, les femmes que les enfants. Parmi ces maladies on peut compter la pelade. Si vous en avez jamais entendu parler, nous vous donnons l’occasion de découvrir de quoi il s’agit dans cet article.

La pelade : qu’est-ce que c’est ?

Encore appelée pelade en petite plaque, pelade ophiasique, alopecia totalis, alopecia universalis ou tout simplement alopécie en aire, la pelade est une maladie auto immune. Elle affecte notre santé, notamment le follicule pileux responsable de la pousse des cheveux.

De manière plus détaillée, c’est un dérèglement du système immunitaire au cours duquel les lymphocytes T s’attaquent aux bulbes capillaires, ne les reconnaissant plus comme éléments faisant partis de l’organisme. Ayant reçu un choc, ceux-ci arrêtent de fonctionner d’où le début de la perte des cheveux.

La pelade est un creux dans les cheveux

La pelade évolue par poussée et s’attaque aussi bien aux hommes, aux femmes, qu’aux enfants. En plus, elle s’attaque aussi aux ongles et aux poils. Cette maladie touche plus les hommes mais les femmes la vivent beaucoup plus mal.

En général, elle se manifeste par une ou plusieurs plaques de taille variable localisées au niveau du cuir chevelu, de la barbe, des cils et même des sourcils. En fonction de leur évolution, les plaques peuvent se réunir pour former une grande plaque. Mais heureusement le processus est réversible, car la racine du cuir chevelu affectée n’est pas complètement détruite.

Si vous avez déjà rencontré une personne qui souffre de pelade, vous avez probablement remarqué qu’au niveau des plaques la peau est lisse, blanche et lâche. Un peu comme si elle avait pris un coup de vieillesse.

Les cheveux en bordures de ces plaques se détachent facilement du cuir chevelu vu qu’ils sont plus ou moins atteints eux aussi par le mal. Un examen poussé du cuir chevelu permet de remarquer la présence des cheveux courts dont le bout est renflé ou encore la présence des petits points noirs qui correspondent en fait à des cheveux dits cadavérisés.

Quelles sont les causes de la pelade ?

En ce qui concerne les causes de la pelade, les scientifiques évoquent des éléments tels que : le stress, l’hérédité, les infections virales et une exposition à des substances chimiques.

Malheureusement, parmi toutes ces causes, ils n’ont pas encore déterminé avec précision laquelle est réellement à l’origine de la maladie. Pour rappel, la pelade est une maladie qui touche tout le monde sans distinction de sexe et d’âge. Néanmoins, le risque d’être touché par la maladie est élevé chez les personnes dont un membre de la famille est victime de la même maladie.

Les maladies similaires à la pelade sont le vitiligo, la thyroïde auto immune, l’atopie et plus rarement le psoriasis.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

La pelade se traduit par une chute de cheveux plus ou moins fréquente et aussi par la perte des poils. La forme la plus observée jusqu’à présent reste la pelade à petite plaque, qui se reconnait par l’apparition de petites plaques dépourvues de cheveux sur l’ensemble du cuir chevelu. Il existe d’autres formes de pelade notamment la pelade universelle, la pelade totale, la pelade ophiasique et la pelade diffuse.

La pelade diffuse bien que rare, se traduit par une perte abondante de cheveux sur l’ensemble du cuir chevelu tandis que la pelade décalvante ou pelade totale entraine quant à elle une alopécie complète du cuir chevelu.

La pelade universelle est beaucoup plus grave que les deux précédentes. En effet, elle contient d’une part une pelade décalvante et d’autre part une dépilation de la totalité des poils du corps. La pelade ophiasique peut elle aussi être qualifiée de grave, car elle affecte la lisière du cuir chevelu et peut entrainer un pronostic beaucoup plus sévère.

Une pelade sévère touche les cils, les ongles et les sourcils. Les ongles deviennent alors friables et rugueux comme du papier, se décollent souvent et comportent dans certains des cas des taches blanches. On observe aussi un blanchiment soudain des cheveux qui serait lié à une atteinte plus spécifique des cheveux pigmentés.

C’est en fonction de la surface capillaire atteinte que l’on peut déterminer le stade de gravité de l’affection. Ainsi, on peut constater :

  • S0: pas d’alopécie
  • S1: surface atteinte par l’alopécie inférieure à 25% du cuir chevelu
  • S2: surface atteinte par l’alopécie comprise entre 25% et 49% du cuir chevelu
  • S3: surface atteinte par l’alopécie comprise entre 75% et 99% du cuir chevelu
  • S4: alopécie complète ou totale

Par ailleurs, on peut aussi évaluer le niveau de gravité de la pelade en fonction de la dégradation du niveau de vie chez les personnes atteintes. En effet, on constate que les personnes souffrantes de pelade ressentent un certain mal-être, un désarroi, de l’anxiété, du stress et une baisse de la vitalité susceptible de les conduire tout droit vers la dépression.

Comment diagnostiquer la pelade ?

Diagnostiquer un cas de pelade chez une personne est souvent rapide et facile à faire. Lorsque la maladie se manifeste, les premiers symptômes sont très souvent l’apparition des plaques sur le cuir chevelu. Celles-ci peuvent guérir, mais il est possible comme dans la plupart des cas observés que les patients récidivent après quelques mois ou quelques années.

Aussi, pour un dermatologue familier à ces symptômes, il lui sera très facile de détecter un cas de pelade universelle ou totale.

De nos jours, grâce à l’évolution incessante de la technologie, des appareils sont créés pour aider à diagnostiquer la maladie en un laps de temps. Il s’agit bien évidemment de la vidéomicroscopie et de la dermatoscopieCes appareils permettent au dermatologue de mettre en évidence le cuir chevelu et de déceler des cas de cheveux en point d’exclamation ou de cheveux cadavérisés.

Grâce à sa fonction grossissante, le dermatoscope permettra à votre dermatologue de mettre en évidence les points jaunes évocateurs de la pelade. De même, les examens tels que la biopsie ou le trichogramme permettent de déceler un cas de pelade diffuse et la capacité des cheveux à repousser.

Quelle est l’évolution de la pelade ?

L’évolution de la pelade est imprévisible et donc impossible à déterminer, elle peut s’étendre sur plusieurs semaines, sur plusieurs mois ou au contraire sur plusieurs années. Lorsque les cheveux repoussent sur les petites plaques, ils sont souvent blancs mais dans la plupart des cas ils reprennent de la couleur avec le temps.

Lorsque l’affection touche la lisière de la chevelure ou qu’elle débute dans l’enfance, il y a de fortes chances qu’elle s’aggrave au fil des années. Si la pelade est initialement grave, alors le diagnostic sera mauvais contrairement si elle est moins grave au départ, alors le diagnostic sera moins grave aussi. Selon Passeport Santé, la pelade représente 2% des consultations dermatologiques en France.

Méthodes courantes de traitement de la pelade

La pelade n’est pas une pathologie grave en soi, bien qu’elle nécessite une intervention médicale. Comme nous l’avons dit plus haut, cette maladie récidivante altère sérieusement la qualité de vie du fait du stress et de l’anxiété qu’elle peut engendrer chez le patient. Même sans traitement, les petites plaques ont tendance à repousser.

Absence de traitement

En cas de pelade avec petite plaque de taille modérée, la meilleure alternative est sans doute de n’appliquer aucun traitement. Car les cheveux repoussent souvent après quelques mois d’évolution de la pathologie.

Chez l’enfant particulièrement et même en cas de pelade étendue, les traitements lourds et agressifs sont déconseillés. Et si vous faites le constat que les follicules pileux ont totalement disparus sur les zones affectées alors mieux vaut vous résoudre, car dans ce cas la pousse des cheveux n’est plus envisageable.

La pelade commence avec un espace discret dans les cheveux

Les traitements naturels

Les traitements naturels bien qu’ayant une action limitée sur la maladie peuvent être utilisés en complément à d’autres traitements ou tout simplement pour tenir la maladie loin. Parmi les traitements naturels envisageables, nous pouvons citer :

Les huiles peuvent ralentir et stopper l'action de la pelade à ses débuts

Les huiles essentielles :

Les résultats d’une étude à double insu avec placebo indiquent qu’un mélange d’huile de lavande, de thym, de romarin et de cèdre de l’atlantique peuvent favoriser la repousse des cheveux chez les personnes atteintes de pelade.

Les sujets de l’étude se font appliquer chaque jour pendant sept mois ce mélange d’huile sur leur cuir chevelu, en le massant délicatement pendant deux minutes puis en mettant une serviette chaude pour augmenter l’action.

Dosage

Pour la préparation, vous aurez besoin de 3 gouttes d’huile essentielle de romarin, 3 gouttes d’huile essentielle de lavande, 2 gouttes d’huile essentielle de thym et deux gouttes d’huile essentielle de cèdre de l’atlantique dans 23 ml d’huile végétale (20 ml d’huile de pépin de raisin et 3 ml d’huile de jojoba). Il est conseillé de soumettre ce traitement sous la supervision d’un aromathérapeute.

Les nutriments et plantes pour stimuler la repousse des cheveux

Parmi les nutriments conseillés, il y a la levure de bière et les compléments alimentaires. La levure de bière dite revivifiable, est riche en vitamine B, en acides aminés et en minéraux, les spécialistes conseillent de faire une cure d’au moins 3 mois.

En ce qui concerne les plantes, il a été prouvé que les extraits d’ortie et de prêle ont des effets bénéfiques dans la pousse des cheveux. Le traitement aux plantes peut être pris sous forme d’infusion et il est conseillé de prendre au moins deux à trois fois par jour avant le repos.

Les traitements généraux de la pelade

Les traitements généraux les plus en vue sont :

Les immunosuppresseurs

  • La cyclosporine A: c’est un traitement puissant sauf qu’il présente des effets suspensifs et des effets secondaires, du coup, il est difficile de l’envisager sur le long terme.
  • La méthotrexate: utilisée depuis des années dans le traitement du psoriasis et d’autres maladies auto immunes. Une étude a récemment prouvé l’efficacité de cette thérapie dans le traitement de la pelade. Associée à la cortisone, le traitement ne sera que plus efficace. Le seul inconvénient est qu’il a été constaté une rechute des cheveux quelques mois après l’arrêt du traitement.

Les corticoïdes

On ne peut parler de corticoïdes sans parler de cortisone. Les cortisones par voie générale permettent de stopper l’avancée de la maladie et la chute des cheveux en attendant un traitement complémentaire. Les grandes doses en cure courte sont généralement très efficaces. De plus que certains spécialistes conseillent d’associer ce traitement avec un immunosuppresseur notamment la méthotrexate.

La Puvathérapie

Ce traitement bien qu’efficace s’avère long et épuisant. En effet, il faut plusieurs séances de travail notamment entre 30 et 50 avant qu’on puisse voir les cheveux repousser. L’exposition continue aux rayons ultraviolets comporte des risques notamment d’attraper le cancer de la peau. Heureusement la technologie évolue et il existe désormais des appareils avec moins d’effets secondaires, notamment les lampes et les lasers excimers. Par contre, ces traitements sont interdits aux enfants.

Les traitements locaux

Parmi ceux-ci, on distingue :

Les corticoïdes locaux

Les dermatologues appliquent souvent ces produits en lotion sur les parties touchées par la pelade. Ce traitement dure plusieurs semaines et il y a des possibilités de le coupler au minoxidil. L’effet secondaire constaté est un amincissement de la peau et des petits boutons semblables à de l’acné.

Les injections intralésionnelles de corticoïdes

Elles sont pratiquées chez les adultes sur des petites surfaces. Le dermatologue réalise des injections superficielles sur les plaques, ce processus doit être répété environ pendant 3 mois. Il est contre indiqué chez les personnes atteintes d’hypertension et de diabète et les effets secondaires constatés sont souvent un amincissement de la peau et le développement de petits vaisseaux.

L’anthraline

Plusieurs dermatologues témoignent de l’efficacité de ce produit mais il se trouve qu’il est irritant et teinte la peau. C’est pour cette raison qu’il s’utilise à des concentrations contrôlées et ce pendant des durées très brèves.

Conclusion

Si vous n’êtes pas très à l’aise avec l’idée de vous retrouver avec une alopécie, vous pouvez demander à votre dermatologue de vous proposer des prothèses capillaires en attendant la repousse de vos cheveux, il en existe énormément aujourd’hui. Vous pouvez retrouver dans les magasins spécialisés des prothèses capillaires ou perruques en cheveux synthétiques ou naturels.