À quel moment faut-il penser à la greffe de cheveux ?

un docteur tien un scalpel pour symboliser la greffe de cheveux

Dernière modification le

Si vous êtes atteint de l’alopécie Androgénétique, c’est-à-dire que vous vous trouvez sur l’échelle de Hamilton-Norwood dans un stade inférieur à la calvitie totale, vous êtes éligible à la greffe de cheveux.

Qu’est-ce que l’échelle de Hamilton-Norwood ?

Il s’agit d’une échelle élaborée par deux docteurs qui ont construit puis affiner une méthode de mesure.

Afin de mesurer de degré de calvitie, le docteur James Hamilton qui, le premier, a établi une échelle de mesure de la calvitie dans les années 50.

20 ans après, dans les années 70, c’est le docteur O’Tar Norwood qui reprit le travail du docteur Hamilton dans le but d’affiner les mesures et la précision de ces dernières. Le moment le plus propice à une greffe de cheveu se situe au 3e stade de la chute des cheveux. En effet, avant ce degré, il la perte des cheveux n’est pas certaine à 100 % et ensuite, il est trop tard pour ralentir ou stopper la progression de la chute de vos cheveux.

À quoi correspond le 3e degré ?

C’est à partir de ce 3e degré qu’il faut prendre très au sérieux vos problèmes capillaires.

En effet, c’est à partir de ce point que l’on considère qu’il s’agit effectivement d’une calvitie. Les symptômes sont les mêmes que pour le 2nd degré, c’est-à-dire que le haut des yeux et le sommet du crâne commencent à se dégarnir, mais en plus prononcés.

Il existe plusieurs solutions dès lors que vous êtes arrivé à ce stade. Vous pouvez utiliser de la poudre, prendre des vitamines ou des compléments alimentaires afin de stimuler votre organisme. Si ces méthodes ne fonctionnent pas, il vous faudra procéder à un tissage ou à une greffe de cheveux. Il existe désormais des greffes qui se réalisent sans incision et qui ne laissent aucune cicatrice.

Quelle est la fiabilité de cette échelle ?

On peut raisonnablement dire que cette échelle la référence en matière d’alopécie.

Cependant, nous paniquons très rapidement, notamment quand il s’agit de nos cheveux. Avant de prendre la décision de faire une greffe, vérifiez que la chute de vos cheveux n’est pas temporaire. Il est également à noter que les cheveux évoluent. En effet, comme le reste de votre corps, ils changent au fil des ans. C’est pour cela que vous ne possédez pas la même coiffure qu’à vos 20 ans. La densité et la texture vont être amenées à se modifier.

Les hommes âgés de 25 à 30 ans vont voir les golfes se creuser. Il s’agit de la partie au niveau des tempes. Des angles vont apparaître et la ligne de chevelure du front va reculer. De même, l’intensité de cette zone va diminuer. C’est ce même phénomène qui continuer de se produire puis va s’intensifier à partir d’un certain âge.

Pour vous convaincre de ce phénomène, regardez plusieurs photos de vous avant la puberté puis après, vous verrez que vos cheveux et vos lignes de chevelure sont bien différentes.
De même, il est scientifiquement établi que l’on perd jusqu’à 60 % de sa densité au sommet du crâne entre nos 25 et 65 ans, et ce, même sans subir d’alopécie sévère.

Chute de cheveux temporaire

Si vous perdez entre 50 et 100 cheveux par jour, vous n’avez pas à vous inquiéter, il s’agit de la moyenne.

Vos cheveux se renouvellent sans cesse et il est naturel qu’ils tombent. De plus, si vous avez plus de 30 ans, il est également tout à fait normal que vos cheveux subissent des cycles. Parfois, vous pouvez sentir que vos cheveux sont moins denses, qu’ils tombent plus.

Le stress est également un facteur très important, il s’agit même de la cause numéro 1 de l’alopécie chez les jeunes hommes de 18 à 25 ans. Il se peut également que vous perdiez beaucoup de cheveux si vous êtes malade. Mais toutes ces raisons sont temporaires. En effet, une fois ces événements passés, vous retrouverez votre chevelure.

Pour vous rassurer sur votre état de santé et les causes qui pourraient provoquer la chute inhabituelle de vos cheveux, nous vous conseillons de consulter votre médecin traitant. Lui seul pourra poser un diagnostic final et fiable à 100 %.

Repérer une chute de cheveux permanente.

Cette chute permanente est naturelle.

En effet, si vous n’avez pas de problème de santé ni de stress temporaire et que vous remarquez que la chute de vos cheveux se fait de manière progressive et continuelle dans le temps, alors vous serez sans doute amenée à avoir une alopécie androgénétique totale, c’est-à-dire une calvitie complète.

Avant de faire une intervention chirurgicale, il est bon de tester différentes méthodes naturelles qui pourraient ralentir, voire stopper la progression de vos chutes de cheveux. Pour cela, vous pouvez vous faire un masque à appliquer votre cuir chevelu en massant généreusement. Vous pouvez également utiliser de la poudre qui va épaissir vos cheveux.

Enfin, les traitements préventifs comme le Minoxidil, disponible en pharmacie sans ordonnance et le Finasteride, prescrit par un médecin généraliste ou un spécialiste pourra vous permettre de ralentir la progression de la calvitie.

Si ces produits ne donnent aucun résultat sur votre chevelure, alors vous pouvez songer à faire une intervention chirurgicale de type greffe capillaire. Afin de réaliser ce type d’intervention, il faut que la perte de vos cheveux soit définitive et que l’espace entre des follicules pilaires, c’est-à-dire les racines de vos cheveux soient suffisamment espacées pour y planter un nouveau cheveu.

De plus, il ne faut pas que la chute de cheveu s’intensifie, car vous risquez de perdre plus de cheveux que ceux qui sont greffés et le rendu sera encore pire.

Enfin, l’intervention chirurgicale se fait par un prélèvement d’une zone dite donneuse pour s’implanter dans une zone dite receveuse. Ces cheveux ne repousseront pas et par conséquent, vous ne pourrez pas réaliser beaucoup de greffe. En moyenne, vous pouvez subir 3 ou 4 interventions sur une même zone.

Il faut donc que vous soyez en totale confiance avec le praticien et surveillez la chute éventuelle des cheveux restants sur la zone donneuse.

Conclusion

la greffe de cheveu est une méthode efficace mais il faut être certain de vouloir le faire. Ainsi, il est conseiller de tester en premier lieu les méthodes naturelles. Enfin, il s’agit donc d’un choix mûrement réfléchi et discuté avec des professionnels compétents. L’intervention peut s’avérer être un succès comme un échec.